mercredi 11 juillet 2018

Fête des apôtres

Après le carême léger des apôtres, il ne me reste qu’à souhaiter une bonne fête de ceux qui ont tressé le chemin à suivre pour notre salut.

Vôtre en Christ, 
archimandrite Cassien

Le bulletin 168 est disponible.

dimanche 1 juillet 2018

Retour en France

Je viens de rentrer en France après trois semaines passé en Grèce. 
En passant à Mirabeau nous avons célébré la divine liturgie ce dimanche (5e de Matthieu) à la chapelle de sainte Marie Madeleine.

votre en Christ, 
a. Cassien

mercredi 6 juin 2018

Depart pour la Grèce

Plaise à Dieu, nous célébrerons la divine Liturgie le dimanche prochain (2e dimanche de Matthieu) en Suisse. 
De là je continuerai vers la Grèce, chercher encore les ânesses perdues de mon père. (Qui résoudra l'énigmes ?)

a. Cassien

vendredi 1 juin 2018

LA FETE DE TOUSSAINT


Le dimanche après la sainte Pentecôte, nous célébrons la fête de Toussaint. C’est pour ainsi dire la récolte de ce que le Christ a semé et que l’Esprit saint a récolté. C’est la fête de tous ceux qui ont été sauvés et sanctifiés. 
Au sens strict, les saints, ce sont ceux que l’Église a canonisés, reconnus comme saints et que nous pouvons donc vénérer sans hésitation. Pourtant, il y a une infinité de saints non-canonisés et ignorés, que Dieu seul connaît. Eux aussi sont célébrés aujourd’hui, sans compter tous ceux qui seront sauvés par la miséricorde divine et qui seront donc également sanctifiés.
Dans toutes les couches de la société, à toute époque, il y a eu des saints, depuis le roi jusqu’au mendiant, des hommes et des femmes, des enfants et des vieillards. Partout dans le monde, les fleurs de la sainteté ont fleuri, à travers tous les âges et jusqu’à la fin des temps. 
Dans l'Eglise, on distingue plusieurs catégories de saints : prophètes, apôtres, hiérarques, martyrs, moines, anargyres, etc...    
Un saint, c’est quelqu’un qui s’est purifié pendant sa vie et qui a été déifié, parfois au dernier moment de la vie, comme les martyrs. Tous, nous sommes appelés à la sainteté mais tous n’y arrivent pas et espèrent donc être sauvés par la miséricorde de Dieu et par les prières de l’Église. Au dernier Jugement sera manifesté qui en fera partie. 
La sainteté, c’est la restauration de notre nature d’avant la chute au paradis, et ensuite la sanctification que nos premiers parents avaient ratée par leur désobéissance, mais qu’ils ont finalement atteinte par la pénitence en dehors d’Eden. Ils y seraient arrivés sans labeur, mais à cause de la chute, il leur a fallu des efforts pour se relever : «A la sueur de ton front tu gagneras ton pain»,  et le pain quotidien et le pain substantiel. Tous les saints sont passés par là et leurs Vies relatent les peines et exploits qu’ils ont endurés. 
C’est donc leurs victoires que nous fêtons aujourd’hui. Que le Seigneur nous rende dignes d’en faire partie, de ces 144000 élus, qu’il a choisis de toutes les tribus et de toutes les nations !
« Il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains.» (Apo 7,9)


a. Cassien

Le bulletin 167 est disponible. 
Je viens aussi de refaire les chants liturgiques.

dimanche 20 mai 2018

Liturgie à Ste Marie Madeleine

Nous venons de célébrer la divine liturgie de 318 pères à notre chapelle de sainte Marie Madeleine à Mirabeau.


Le dimanche de Pentecôte sera célébré, plaise à Dieu, ici à l'ermitage. La suite est encore incertaine. J'attends le résultat du synode jeudi prochain. 

votre a. Cassien

jeudi 17 mai 2018

Programme

D'abord bonne fête de l'Ascension de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ.

Plaise à Dieu, nous aurons une liturgie le dimanche prochaine à Mirabeau. Pentecôte sera célébrée à l'ermitage et lundi de Pentecôte, normalement en Suisse. C'est l'homme qui propose et Dieu qui dispose. 

votre a. Cassien

samedi 21 avril 2018

M’AIMES-TU ?

Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux. Il lui dit une seconde fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pierre lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis. Il lui dit pour la troisième fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pierre fut attristé de ce qu’il lui avait dit pour la troisième fois : M’aimes-tu ? Et il lui répondit : Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis. (Jn 21,15-17) 
C'est lors de sa troisième apparition après sa résurrection, au lac de Tibériade, que le Seigneur invite Pierre à faire une confession de foi. Par trois fois, Pierre avait renié le Christ. Par trois fois, le Sauveur lui demande maintenant : «M’aimes tu ?» Ce ne sont pas des reproches qu'il fait à son disciple, lui qui l’avait renié lâchement par peur, ni une pénitence qu'il lui impose, mais, simplement, il lui demande ce qui est le plus important : l’amour pour lui. «Jésus demande à Pierre pour la troisième fois s'il l'aime, à son triple renoncement correspond une triple confession, il faut que sa langue devienne l'organe de son amour comme elle l'a été de sa crainte, et que le témoignage de sa parole soit aussi explicite en présence de la vie qu'il l'a été devant la mort qui le menaçait» (saint Augustin traité 123 sur saint Jean). Je ne peux m’empêcher de penser que leurs yeux se sont croisés et que, même sans paroles, Maître et disciple se sont compris. Pierre a dû avoir honte grandement en voyant les yeux plein d'amour du Sauveur et en pensant à son reniement, à son apostasie. Voici ce qu'en dit saint Jean Chrysostome : «A cette troisième question, le trouble s'empare de l'âme de Pierre : Pierre fut contristé de ce que Jésus lui demandait pour la troisième fois : M'aimes-tu ? Il tremble au souvenir de sa conduite passée, il craint de se tromper en croyant qu'il aime Jésus, et de mériter de nouveau la rude leçon qu'il a reçue par suite de la trop grande confiance qu'il avait dans ses propres forces. C'est donc auprès de Jésus Christ qu'il cherche son refuge : Et il lui dit : Seigneur, tu connais toutes choses, c'est-à-dire, les secrets les plus intimes du cœur pour le présent et pour l’avenir». 
Rien de pire que l’apostasie, de renier Dieu. Certes, tomber dans un péché grave, comme la fornication par exemple, c’est épouvantable, terrifiant et abominable, mais malgré cela on croit et on aime toujours Dieu. Le renier, par contre, détruit tout. Pourtant, le Christ, qui, lui, ne nous renie jamais, va jusqu'à pardonner même notre reniement... là où est le repentir. Ce repentir, Pierre l'avait montré tout de suite après avoir renié : et étant sorti, il pleura amèrement» (Luc 22,62). Le Christ savait tout. Bien avant, ne lui avait-il pas déjà prédit ce qui se passerait ? «Je te le dis en vérité, cette nuit même, avant que le coq chante, tu me renieras trois fois» (Mt 26,34). Il savait, aussi, bien sûr, que Pierre l’aimait malgré ses faiblesses et son caractère versatile. «Le Seigneur, s’étant retourné, regarda Pierre», juste au moment de son troisième reniement» (Luc 22,61). C'est avec ce même regard que le Sauveur le fixe maintenant au lac de Tibériade, un regard qui n’est qu’amour en face de nos faiblesses. Un enfant qui, après avoir fait une bêtise – par exemple en laissant tomber un objet qui se brise – va vers sa mère en disant simplement : «Maman, je t’aime» la désarme complètement, au point qu'il ne lui reste plus qu'à serrer dans ses bras son enfant qu’elle aime encore plus que lui ne l’aime. Si une mère agit ainsi, Dieu le fera infiniment plus, dès lors que nous nous tournons vers lui en regrettant et en demandant pardon pour nos fautes. C'est cela le repentir. 
Jésus n’a pas seulement pardonné à Pierre, mais lui a confié ensuite la charge de ses brebis. David, de son côté, après l’adultère et le meurtre qu’il avait commis, regretta sa faute grave en disant : «Aie pitié de moi, ô Dieu ...» (Ps 50). Dieu lui pardonna et l’appela même ensuite : «David mon bien-aimé». Adam et Ève ne se sont-ils pas sanctifiés même après leur péché qui a jeté toute l’humanité dans la chute ? Par contre, ni Caïn, le fratricide, qui n'a pas fait pas pénitence, ni Judas le traître, qui est tombé dans le désespoir, n’ont pu se sauver, car là où il n’y a que le regret de sa faute et pas de confession, Dieu non plus ne peut pas pardonner. 
En résumé : tout péché, si grave qu’il soit, Dieu le pardonne en cette vie, si nous le confessons du fond du cœur. 

a. Cassien 


"Qu’y a-t-il de pire que de m'avoir renié, moi, le Maître de l’univers ? Or, quand tu t'es repenti et que tu as pleuré amèrement, je t'ai jugé digne de compassion; malgré ton manque d'assurance à mon égard, je t'ai appelé sur la montagne avec les autres disciples et je ne t'ai pas adressé un seul mot de reproche pour cela."
saint Syméon le Nouveau Théologien (chapitres 11 éthiques)

dimanche 8 avril 2018

Pâque 2018

Je viens de rentre de la chapelle de sainte Marie Madeleine, où nous avons célébré la fête lumineuse de Pâque.


 Après les agapes au gîte où le petit monde a pu se reposer.


Christ est ressuscité !
a. Cassien


Dans la chair, Tu T’es endormi comme un mortel, ô Roi et Seigneur. Le troisième jour Tu es ressuscité, Tu as relevé Adam de la corruption, et Tu as anéanti la mort. Ô Pâque incorruptible, ô salut du monde ! 
EXAPOSTILAIRE (ton 2) 

lundi 2 avril 2018

LES EXECUTIONS DANS L’EMPIRE ROMAIN

Berthold Seewald

Le droit pénal de l'Empire romain prévoyait de nombreuses sortes de peines de mort. La crucifixion était réservée aux sujets rebelles. C’était surtout une exécution pour exciter les masses.
Aujourd'hui, lorsque l’Église commémore l'exécution de son fondateur à Jérusalem, il arrive couramment que l’on oublie le contexte légal de ce supplice. Ponce Pilate, préfet romain de Judée, infligea la peine de mort à un homme qui, à ses yeux, était un traître et un agitateur. La punition était donc la crucifixion. Si Jésus, comme Paul, avait eu la citoyenneté romaine, une autre forme d'exécution aurait été utilisée pour le même cas. Car les Romains n’exécutaient pas leurs sentences de mort arbitrairement, comme cela est populairement dépeint dans les scènes de la pop-culture actuelle, mais suivaient l'ancienne loi. Et celles-ci étaient d’une grande diversité.
Déjà dans les Douze Tables, une collection de droit du 5ème siècle avant J.C., par exemple, une distinction étaient faite entre un acte délibéré et un acte involontaire. À mesure que Rome atteignait la domination mondiale, un nouveau critère fut ajouté. Les détenteurs de la citoyenneté romaine étaient exécutés différemment que les serfs. Mais les Romains eux-mêmes n'étaient pas égaux entre eux. Les membres des classes supérieures de la société (honestiores = honorables) étaient soumis à des règles d'exécution autres que les «inférieurs» (humiliores).
Cet écart social était déjà apparu dans deux formes d'exécutions traditionnelles remontant aux années fondatrices de la République. À cette époque la trahison contre l'état était punie par la chute du haut de  la roche Tarpéienne. L'endroit avait déjà une haute valeur symbolique. C’était une crête sur la colline du Capitole, sur laquelle se trouvait le temple le plus important de Rome et au pied duquel s'étendait le Forum Romanum. Les empereurs reprirent cette tradition plus tard pour exécuter des conspirateurs de haut rang sous les yeux de leurs pairs.
Dans les tragédies familiales, une autre peine de mort atavique était utilisée : l’ensachage. Quiconque avait commis un crime contre ses parents, ses grands-parents ou ses frères et sœurs, était cousu dans un sac avec des serpents, des chiens, des singes ou des chats, puis coulé dans le Tibre. En conséquence, le délinquant ne recevait pas un enterrement approprié, ce qui rendait son chemin dans le monde souterrain considérablement plus difficile, voire impossible. 
Cette punition a été pratiquée dans les Balkans jusqu’au 19ème siècle.
La peine de mort la plus fréquemment prononcée pour les citoyens romains fut probablement la décapitation. Quand elle était exécutée dans la République, c’était généralement à l’aide de la hache de guerre. L’épée fut plutôt utilisée à l'époque impériale. Cela reflète aussi l'influence croissante des militaires dans le système pénal suite à l'établissement du Principat. Ensuite, la décapitation fut effectuée par des spéculateurs  qualifiés (speculatores) affectés aux légions, mais directement subordonnés aux gouverneurs.
Les spéculateurs étaient entraînés à séparer la tête du corps d'un condamné d'un seul coup, ce qui représentait une humanisation du système pénal. Car l'exécution des pénalités des premiers temps par les magistrats peut avoir été accompagnée de nombreux échecs. Même au début de la persécution des chrétiens, c’est l’épée qui était surtout utilisée.
Les différences entre «honorable» et «inférieur» se trouvaient reflétées entre l’étranglement et le bûcher. Dans l'isolement d'une prison, les crimes contre l'État étaient punis par des gardes par la pendaison. Cela concernait à la fois les aristocrates romains et les chefs étrangers des soulèvements. Les plus connus furent le Numérateur Iugurtha et le Gallier Vercingétorix.
Par contre, les membres des classes sociales inférieures, en particulier les non-Romains, étaient brûlés. L'éventail des faits allait de la révolte jusqu’à l'adultère et la contrefaçon. Les condamnés étaient liés nus à un poteau, puis les broussailles étaient entassées et allumées. Puisque les amphithéâtres sont connus comme lieu d’exécution, l'incendie doit également être considéré comme une forme spéciale de la forme d'exécution la plus commune à Rome : la mort dans l'arène. 

Rien qu'au Colisée de Rome, environ 300.000 personnes sont mortes entre l'ouverture en 80 après J.C. et la fin des jeux de gladiateurs. La plupart d'entre eux ont pu être des prisonniers de guerre et des prisonniers condamnés à mort, des hommes libres et des esclaves. Le jugement ad bestias (aux animaux sauvages) signifiait l'apparition dans le programme du matin des jeux des gladiateurs (munera), au cours desquels les aristocrates et les empereurs cherchaient la faveur des masses.
Un munus était généralement divisé en trois parties. Au début avaient lieu des luttes d’animaux dans lesquelles des ours étaient lâchés contre des tigres ou d'autres animaux exotiques. Dans cette partie pouvaient déjà donner lieu à l’exécution de victimes condamnées qui étaient livrées à des meutes de lions affamés. Cela était suivi par les événements populaires de masse, au cours desquels les hommes engageaient de vraies batailles.
Le slogan "Morituri te salutant" (ceux qui vont mourir te saluent) est devenu célèbre au temps de l'empereur Claudius, car l'un des combattants ne devait pas survivre au spectacle. Dans les combats de gladiateurs du soir, cependant, des professionnels hautement qualifiés rivalisaient les uns avec les autres, avec une chance de survie même en cas de défaite, à condition qu'ils aient combattu courageusement.
Ad bestum était proche du verdict ad metallum, la condamnation à travailler dans les mines. Car le labeur dans les conditions les plus brutales équivalait à une mort potentielle.
Reste la crucifixion publique. Elle était considérée comme une punition particulièrement déshonorante, réservée aux rebelles et aux esclaves qui se révoltaient contre leurs maîtres, ou des sujets non-romains. Après le soulèvement de Spartacus en 71 avant J.C., les esclaves survivants furent crucifiés par milliers sur la Via Appia. Après la mort d’Hérode, lors du soulèvement en Palestine, le souverain Publius Quinctilius Varus ordonna que 2000 juifs soient crucifiés.

Avec le jugement de Jésus, Ponce Pilate a suivi ainsi une pratique éprouvée. D'un autre côté, le Romain a qualifié le Nazaréen comme sujet et émeutier non romain. Parce qu'un homme avec des partisans nombreux, presque incontrôlables, ne pouvait que songer du mal, du point de vue d'un magistrat romain. Après tout, des titres tels que «Fils de Dieu» et «Oint» étaient parmi les attributs des dirigeants de l'Orient hellénistique. Ce n'est pas pour rien que le gouverneur plaça le signe "INRI" (Jésus de Nazareth, roi des Juifs) sur la croix où mourut Jésus.

samedi 24 mars 2018

Retour du Cameroun

Je viens de rentrer du Cameroun, où j’ai passé trois semaines. En arrivant, je suis monté vers le nord du pays et avec le père Martial nous avons concélébré la divine Liturgie (St. Grégoire Palamas) dans la chapelle de la Sainte Rencontre dans son village de Guidjïba.
La semaine suivante je me suis rendu chaque jour à Gouna à la chapelle de saint Nectaire d’Egine afin de continuer les travaux de construction. Le dimanche de la Sainte Croix, nous y avons célébré la Liturgie et ensuite je suis descendu à Mayo-Batcha afin de restaurer la chapelle de Saint Georges. Le dimanche suivant (Saint Jean Climaque) nous y avons célébré la première Liturgie.
J’aurais dû aussi aller dans les trois nouvelles paroisses, (dont Saint Cosme d’Étolie) qui sont à quelques heures de là-bas, mais le temps et le courage m'ont manqué.
Finalement, je suis redescendu à Yaoundé et j’ai encore passé 3 jours au foyer d’Omog.
Il n’y a pas de photos, car à l’aéroport de Yaoundé la douane m’a volé mon appareil photo. Il n’y a qu’une photo, faite avec l'iPhone du couturier qui m’a réparé ma soutane de travail.

en Christ,
a. Cassien

samedi 17 février 2018

AVEC MON DIEU …

«Avec mon Dieu je franchis une muraille.» (Ps 18,29)

    Sans épreuves dans la vie, aucun progrès spirituel n’est possible; pas plus qu’un voilier n’avance sans vent ou même tempête, ni un arbre ne pousse sans intempéries (vent, pluie, froid). S'il n’y a que du beau temps, l’arbre se dessèche, et si Dieu ne nous envoie que de la consolation, nous tombons dans la mollesse et la négligence.
    Pourtant dans toutes les épreuves, le Seigneur nous accorde aussi l’issue. Comme dit le psaume : «Avec mon Dieu je franchis une muraille»(Ps 18,29). Combien d’épreuves avons nous déjà traversées dans la vie, et chaque fois il y a eu une solution, grâce à Dieu. On s’était inquiété – comme les apôtres sur le lac déchaîné –, le Seigneur semblait dormir, mais tout s’est bien passé.  Car «il ne sommeille ni ne dort, Celui qui garde Israël» comme dit un autre psaume (121,4).
    Les gens du monde ne trouvent des solutions que finissant avec le divorce, le suicide, etc.., étant abandonnés à eux-mêmes sans le secours divin.
     Combien de carêmes avons-nous avons passés sans qu'aucun ne nous ait rendus malade, bien au contraire. Courage donc ! Ce Carême-ci se passera bien aussi et, de même, le reste de notre vie, si nous restons fermement attachés à Celui qui a vaincu la mort et qui est ressuscité pour notre salut.


a. Cassien

Un nouveau bulletin vient de sortir 166

jeudi 18 janvier 2018

Théophanie



A tous, je souhaite une bonne fête de la sainte Théophanie.

archimandrite Cassien

Le Seigneur, mes frères, vient se faire baptiser avec des esclaves, et le Juge avec des criminels. Mais que cette humilité d'un Dieu ne vous trouble point, car c'est dans ses plus grands abaissements, qu'il fait paraître sa plus grande gloire. Vous étonnez-vous que Celui qui a bien voulu être durant plusieurs mois dans le sein d'une vierge, et en sortir revêtu de notre nature, qui a bien voulu depuis souffrir les soufflets, le tourment de la croix, et tant d'autres maux auxquels il s'est soumis pour l'amour de nous, ait voulu aussi recevoir le baptême, et s'humilier devant son serviteur, en se mêlant avec la foule des pécheurs ? Ce qui doit nous surprendre, c'est qu'un Dieu n'ait pas dédaigné de se faire homme. Mais après ce premier abaissement, tout le reste n'en est qu'une suite naturelle. 
saint Jean Chrysostome


samedi 6 janvier 2018

Nativité du Sauveur

 A tous nos fidèles et lecteurs, je souhaite la paix et la joie, – non celles du monde, – mais celles que donne uniquement le Sauveur Jésus Christ, qui est né, mort et ressuscité pour nous.

Vôtre,
archimandrite Cassien